Company Of Artists | Theatre Junction
15264
home,page,page-id-15264,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,ajax_updown,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive

A PROPOS

LA COMPAGNIE THEATRE JUNCTION

La compagnie Theatre Junction est un ensemble d’artistes qui se présente depuis sa première formation en 2006 comme un collectif international, multilingue et multidisciplinaire. Dirigée par Mark Lawes son fondateur et directeur artistique, la compagnie est composée d’acteurs, de danseurs, de musiciens et d’artistes visuels aux parcours marginaux et singuliers. Ensemble ils créent et explorent les interstices de leurs différences, en construisant des objets d’arts vivants qui sont des formes composites de notre temps.  La recherche et l’écriture scénique de Mark Lawes avec la Compagnie Theatre Junction passe par son étroite collaboration avec Raphaële Thiriet et implique la recherche d’un nouveau langage et de nouvelles formes de représentation. Un travail de création de ce type se situe au carrefour de la danse contemporaine, de la musique, du théâtre, et des arts visuels, matières multiples et indispensables à une écriture vivante sans cesse renouvelée.

 

Pendant les deux saisons prochaines, la compagnie dédiera son travail à la construction d’une trilogie multidisciplinaire et multimédia.  La trilogie est développée en suivant un cycle d’accueil en résidences au Théâtre Koreja (Lecce, Italie) ; à l’Usine C (Montréal, Canada), au Carré Les Colonnes (Bordeaux, France) et au Théâtre 140 (Bruxelles, Belgique)

 

Récemment la Compagnie Theatre Junction a obtenu la subvention Nouveau Chapitre pour créer la Trilogie Supernova, qui est l’un des 200 projets exceptionnels sélectionnés par le Conseil des Arts du Canada dans l’objet de la commémorer du 150ème anniversaire de la Confédération.

CRÉATIONS

LA TRILOGIE SUPERNOVA – CREATION 2018

“Une exploration multimédia qui défie les genres et pose autant la question du fond que celui de la forme. Si le medium est le message, comme dit McLuhan, quel sens cela peut-il faire? Le futur prend les allures d’une rétrospective devant une multitude de tentatives lancées à la recherche d’un “ré-enchantement“ des possibles dans un monde chaque jour plus submergé par la prolifération des informations.”

Home Page French

Pendant les deux saisons prochaines, la compagnie dédiera son travail à la construction d’une trilogie multidisciplinaire et multimédia, composée de trois modules indépendants. Métaphoriquement, la trilogie suivra le cycle de vie d’une étoile. L’impact explosif des nouvelles technologies sur la conscience et l’ordre social, ainsi que l’érosion de la promesse utopique du rêve américain laisse entrevoir un futur aux allures de chantier en reconstruction. La science et imagination entrent en collision, ainsi que les temps passé, présent et futur. Chaque module consiste en une pièce multidisciplinaire, accompagnée de «satellites» comprenant des concerts, et de multiples installations et performances à déplier comme une carte.

 

La Trilogie Supernova est une création de Mark Lawes et Raphaële Thiriet, avec la Compagnie des artistes de Theatre Junction.  Coproduction Usine C, Montréal, Théâtre 140, Bruxelles et Carré-Colonnes à Bordeaux

 

Ce projet est l’un des 200 projets exceptionnels soutenus par le programme Nouveau chapitre du Conseil des arts du Canada. Avec cet investissement 35 M$, le Conseil des arts appuie la création et le partage des arts au cœur de nos vies et dans l’ensemble du Canada.

Résidences de créations

Le développement de La Trilogie Supernova a benéficié d’un cycle d’accueil dans des résidences artistiques nationales et internationales incluant:

Teatro Koreja, Lecce, Italie

Usine C, Montreal, Canada

Le Carré-Colonnes, Bordeaux, France

Théâtre 140, Bruxelles, Belgique

 

Pour plus d’informations, contactez Mark Lawes, Directeur Artistique:
mark@theatrejunction.com

Module I – Supersaturés

Le Module I explore l’accélération des changements culturels liés au développement des nouvelles technologies. Les communications instantanées, les réseaux sociaux s’inscrivent dans la vitesse de l’internet à haut débit et altèrent non seulement notre rapport à la conscience, mais aussi transforment notre relation au temps, à l’autre, et au monde. Inspiré par “l’Age de l’information super saturée” dont parle Douglas Coupland, ce module utilise l’esthétique du ready-made et du pop art en tentant de glisser sur la vague d’une culture transfigurée par sa propre vitesse.

Module 2 – La fin d’un rêve

Le Module 2 se situe après le crash des interconnections électroniques, bien après la chute du village global. Dans ce futur, le rêve américain a complétement implosé pour laisser place à un paysage désertique. Les fragments d’une histoire d’amour brisée en mille morceaux reviennent hanter ce paysage, comme les fragment du refrain d’une chanson populaire qui persiste. La  nostalgie indique un retour impossible. Le module 2 est une autopsie effectuée sur ce qui reste du coeur d’une société malade, et sonde la mémoire de ce que furent un jour, ses rêves.

Module 3 – L’ultime chute de Wil Coyote

Ce module nous entraine à suivre l’ultime chute de Wil Coyote. Cette fois, le fameux coyote ne se relève pas pour se répéter. Il voit lentement son image se dissoudre sous un beau ciel étoilé. Il y a une bascule, un changement imminent. L’ultime chute de Wil Coyote se situe quelque part entre l’ombre et l’image. Ce module ouvre un espace-temps qui se partage entre la scène et l’écran en une multitude d’oscillations possibles. Sur scène, un groupe de musique post rock, convoque au présent des incantations à la mémoire d’un passé ou d’un futur utopique, dans lequel les animaux ressemblent étrangement aux hommes. Les acteurs sont capturés sur l’écran vidéo pour une série “d’évaluations” qui scrutent la paranoïa du monde de la “post vérité” où la camera semble être le seul témoin. Entre la scène et l’écran, un hors champ, une zone d’ombre. Ce seuil inconnu est vaste et infiniment complexe. C’est un espace potentiel, beau et difficile, où la nature et le cosmos célèbrent en continu la danse subtile de la réalité. Par cette mise en jeu de l’espace projeté et l’espace du concert, le module 3 met en scène un choeur de présences à la recherche d’une voie d’accès au moment présent.

4_white
3_white
2_white
1_white

SOMETIME BETWEEN

“Sometime Between amplifie les dissonances de nos hyper réalités modernes et dégage cette sensation de rêve éveillé qu’induit le village global.”    – Musée d’art contemporain de Calgary

911trio2

Créé en 2013 à Calgary, Sometime Between est une exploration de notre culture accélérée, où l’étrange frôle le familier. Cette nouvelle création s’inspire des théories de Marshall Macluhan qui prédit l’avènement d’internet 50 ans avant son invention. Il observe  le développement des nouveaux medias et prédit leur impact sur l’individu et la société.  Sometime Between investit nos perceptions et le sentiment d’isolation grandissant qui git dans  notre monde globalisé censé être toujours mieux “connecté”.  Les acteurs semblent piégés dans les vestiges d’un plateau d’un film d’horreur de série B, ou bien d’un film pornographique et pourtant, ce décor, nous est étrangement familier. Dans cet espace-temps entre l’après et l’avant, la perte de mémoire côtoie la psychose, et les dernières convulsions d’une société consumériste.

Sometime Between est accueilli en tournée au Théâtre Aux Ecuries à Montréal au printemps 2014. Pour ce projet, Mark Lawes a bénéficié de 3 mois de Résidence Internationale aux Récollets, programme soutenu par la mairie de Paris et l’Institut Français.

Raphinvisible2

EVERYBODY KNOWS THIS IS NOWHERE

Everybody Knows This is Nowhere

“Everybody Knows This Is Nowhere est une médiation entre la danse, la musique, et un langage du corps et du mouvement qui transcende les limites du langage verbal.”   – Brad Simm, Beatroute

_M6A0064

QUAND ILS EMPLOYAIENT LE MOT ‘UTOPIE’, LES GRECS VOULAIENT DIRE DEUX CHOSES: ‘EU-TOPOS’, LE LIEU DU BONHEUR ET ‘U-TOPOS’, LE LIEU QUI N’EST NULLE PART.

Everybody Knows This Is Nowhere nous parle de connections et de déconnections, d’enchantements et de désenchantements. Quelque temps après l’impasse culturel, économique, et politique du 21 ème siècle, le futur est jonché de bribes d’un sens à recomposer. La scène est un désert. Mirages. Sommes-nous dans un désert ou un décor de western hollywoodien? Un cabaret expressionniste ou une chambre de motel décrépite? Sur le plateau, un panneau publicitaire, vide. Des histoires d’amour brisées, en morceaux, comme ces souvenirs qui donnent une définition de qui nous sommes et finissent par nous hanter. Un journal. Quatre solitudes.

Du dernier homme de Nietzche à Lana Del Rey, en passant par la contemplation active de la structure archétypale pop du «rêve américain», Everybody Knows This Is Nowhere est une exploration de la mécanique du désenchantement du monde occidental, pour, peut-être tenter de trouver, dans ses failles, un ré-enchantement des possibles.

Theatre Junction considère la scène comme le lieu actif de la construction de la société, un espace dédié à négociation les futurs possibles au sein du collectif. Dans cette nouvelle création s’empilent traumatismes et souvenirs, ainsi que les endroits de connections et de déconnections de nos identités avec la perspective historique, l’inconscient collectif, ainsi que le monde dans lequel nous vivons.

Everybody Knows This Is Nowhere se situe aux frontières de la performance, du théâtre, de la musique pop, de l’art vidéo et des nouvelles technologies. Rejetant la narration littérale depuis maintenant plusieurs années, Mark Lawes et les artistes de la compagnie Theatre Junction opèrent du point de vue thématique et esthétique et sondent de façon ludique les vacillements de notre époque. En faisant sans cesse jouer forme et contenu, et grâce à la coexistence de différents langages et disciplines, c’est la question de l’espace temps, mais aussi l’époque que nous cherchons à vivre qui est finalement mise au travail dans cet espace-temps qui est aussi le présent partagé du théâtre.

 

Everybody Knows This Is Nowhere a bénéficié d’une résidence de création au Théâtre Aux Écuries en septembre 2014 et est invité à faire partie de la programmation officielle des Écuries en Novembre 2015.

 

http://auxecuries.com/projet/everybody-knows-this-is-nowhere/

_M6A0199

Concernant les détails techniques et les tournées, contactez:
td@theatrejunction.com

 

Voir la galerie

Lire la presse

COMPAGNIE

MARK LAWES

 

Mark Lawes est metteur en scène et créateur de formes expérimentales en arts vivants en collaboration avec sa compagnie. Son travail se situe au carrefour d’une friction organique entre fragments de mémoire collective, de l’identité, de la mort et du désir. Il développe une écriture scénique singulière et organique par la friction entre bribes d’histoires, arts visuels, danse contemporaine, musique, vidéo et toute une foule de matériaux issus d’une recherche dramaturgique mis en mouvement par le biais d’improvisations. Il travaille d’abord sur des formes courtes et expérimentales, puis entame sa trilogie avec Little Red River (2008), On the Side of the Road (2009), et Lucy Lost Her Heart (2011). Les pièces de cette trilogie tournent au Canada dans des centres dramatiques comme Harbourfront Center à Toronto et Usine C à Montréal en 2012.

 

En 2012, Mark est sélectionné comme lauréat du programme de Résidence des Récollets, soutenu par la ville de Paris et l’Institut Français pour le développement de Sometime Between qui sera joué au Theatre Junction GRAND à Calgary en 2013 ainsi qu’au Théâtre Aux Écuries (Montréal) en 2014.

 

Par le passé, Mark Lawes a travaillé en Europe en collaboration avec des chorégraphes, ainsi que des metteurs en scène issus du milieu de l’opéra  des arts visuels et du théâtre. En 2003 il travaille sur divers projets à l’Opéra de Paris, au Théâtre de l’Athénée, à la Scène nationale d’Orléans, ainsi qu’à Dublin à l’Abbey Théâtre, à Graz au Steirischer Herbst, avec le Splinter Group à Berlin ou encore avec la SITI Company à New York.

 

Avec sa compagnie, il entre dans un cycle de résidences nationales et internationales pour travailler à l’élaboration de la Trilogie Supernova dont il développe la création au Théâtre Koreja à Lecce, Italie, ainsi qu’à l’Usine C à Montréal, Canada, au Carré-Colonnes à Bordeaux, France, et au Théâtre 140, à Bruxelles, Belgique.

RAPHAËLE THIRIET

 

Après son passage au Conservatoire National de Région de Toulouse où elle apprend la méthode Grotowski auprès d’Henri Bornstein en 1997, Raphaële prend la décision d’entreprendre une licence de théâtre à l’Université d’Aix-en-Provence, où elle développe une pensée politique et philosophique autour du théâtre. Elle apprend la dramaturgie et le jeu d’acteur auprès d’Angela Konrad, dramaturge et metteur en scène de la compagnie In Pulverem Reverteris ainsi que l’esprit du laboratoire de recherche. Elle travaille par la suite pendant 6 ans avec la compagnie In Pulverem Reverteris pour diverses créations dont Time Is Out of Joint: Part 1, 2,  & 3, Richard III et Traumzeit . Elle tourne en France et à l’étranger. Parallèlement, elle s’intéresse à la danse contemporaine et travaille avec des chorégraphes tel qu’Heddy Maalem ainsi qu’Emilio Calgagno. Elle est actrice dans diverses compagnies en France comme Ma voisine s’appelle Cassandre, ou Les travailleurs de la nuit, et travaille des écritures contemporaines comme Valère Novarina, Edouard Glissant, Nathalie Quintane ou Roland Schimmelpfennig. Elle participe à la création et joue dans Les instituteurs immoraux de la compagnie Les travailleurs de la nuit, d’après les écrits de Sade et la cinématographie de Buñuel. Raphaële écrit aussi de la poésie iconoclaste et du théâtre. Au Canada, elle travaille avec Chris Abraham et la compagnie Crow’s Theatre(Toronto) pour la création de The Country de Martin Crimp dans le rôle de Rebecca. Elle est dramaturge, auteur et comédienne auprès de Mark Lawes depuis les 9 dernières années. Son travail le plus récent inclut la création et programmation des TJLABS, ainsi que la mise en scène de Concord Floral de Jordan Tannahill, en collaboration avec Erin Brubacher et 10 adolescents du Theatre Junction Mentorship program en 2016.

LUC BOUCHARD-BOISSONNEAULT

 

Originaire du Québec, Luc Bouchard-Boissonneault reçoit très tôt dans son enfance, une formation dans les arts martiaux, le karaté, qui marquera tout son parcours. Cette discipline lui enseigne une philosophie du rapport à l’autre, à son écoute et à l’équilibre dans le jeu des forces. Plus tard, il a décidé de s’intéresser au phénomène de la danse sociale, et découvre le swing qu’il pratique pendant des années. Interpellé par le corps et la physicalité, il prend la décision à vingt-cinq ans, de suivre une formation de danse contemporaine à l’Université du Québec à Montréal, qui le propulse rapidement dans le milieu professionnel. Il travaille en tant qu’interprète créateur auprès de chorégraphes montréalais connus comme Dave St-Pierre dans la création de Un peu de tendresse bordel de merde, en 2006 pièce qui joue dans le Festival d’Avignon en 2009, et tourne internationalement. Bouchard-Boissonneault fait aussi partie de la nouvelle création de Dave Saint Pierre en 2012. Parallèlement, il travaille également aux côtés de la chorégraphe québécoise Valérie Brunelle dans ses créations, Les cuisses à l’écart du cœur en 2006, et Complexe des genres en 2011 et Plomb en 2013. Il a participé aussi aux créations de Marie Béland dans la compagnie Maribé. Le chemin artistique de Bouchard-Boissonneault le mène vers l’univers de la danse-théâtre, et sa carrière a déjà su l’amener sur la scène montréalaise ainsi que les scènes et dans les festivals internationaux. Il fait partie de la compagnie Theatre Junction depuis maintenant quatre ans.

MELINA STINSON

 

Originaire de Calgary, Alberta, où elle accomplit un diplôme en danse à l’université, Mélina Stinson décide de poursuivre sa ligne artistique en suivant une autre formation spécialisée dans la danse contemporaine, au sein de l’Ecole de danse contemporaine de Montréal, dont elle sort diplômée en 2009. Depuis, elle est basée à Montréal où elle est propulsée très vite dans le monde de la danse en tant que professionnelle. Elle travaille notamment avec de nombreuses compagnie montréalaises comme Carré des lombes, Bouge de là, Human Playground, Pulse and Puppet, Woo Me Myth ainsi qu’aux côté de chorégraphes reconnues comme Manon Oligny ou Mélanie Demers. En tant que danseuse et créatrice, Stinson se passionne pour le potentiel des connections sensorielle du corps qu’elle n’a de cesse d’explorer. Elle travaille sur la notion de physicalité, de multiplicité dans les textures et s’associe souvent avec des compositeurs pour créer son propre travail. En tant que chorégraphe, elle joue ses propres créations à Montréal, Winnipeg et Calgary. Elle fait partie de la compagnie Theatre Junction depuis quatre ans.

Ian Jarvis

 

Ian Jarvis est musicien, compositeur et performer basé à Montréal. Il oscille principalement entre la scène musicale rock et expérimentale de Calgary et de Montréal ou il improvise, compose et enregistre. Il tourne au Canada et aux États Unis en tant que musicien et co-créateur avec des groupes tels que Reuben and the Dark, Ghostkeeper, Samantha Savage Smith, Manners, Tamara Sandor ou encore Jay Crocker. Ses compositions musicales explorent des espaces hybrides, où la musique jazz, rock et folk entrent en collision avec une vague plus expérimentale, ambiante et électronique. Son approche expérimentale l’entraîne à travailler pour nombreuses créations en danse contemporaine. Dans son projet musical intitulé Chairs, il explore les antipodes d’un monde visuel abstrait combiné avec l’écriture de la chanson pop, tout en utilisant une approche faites de différentes strates combinant timbres et textures. Sa palette esthétique s’étend de l’électronique à l’acoustique, en combinant différentes influences qui vont d’un style traditionnel vers une ouverture plus moderne et expérimentale.

 

Récemment il crée et enregistre 3 albums avec le projet Chairs et un album et demi avec le duo synth-pop Galaxius Mons. Ian est diplomé en Jazz au Mount Royal College de Calgary, ainsi que de l’Université Concordia de Montréal en « Integrative Music Studies ».

KYLE THOMAS

 

Membre du collectif North Country Cinema, Kyle Thomas est diplômé l’École de cinéma Hoppenheim de l’Université Concordia à Montréal. Il est réalisateur et musicien, et vit et travaille à Calgary. Son court métrage Not Far from the Abattoir (2011) a gagné des prix d’honneur au Festival international du cinéma à Edmonton et ainsi qu’à Calgary et a été projeté en compétition à SXSW 2012. Le dernier court métrage de Thomas, The Post (2013), a été présenté à Cannes en 2013 dans le cadre du programme de Téléfilm Canada : Not Short On Talent. En 2014, il reçoit dans le cadre des Prix pour les arts en Alberta, le prix prestigieux du Lieutenant Gouverneur Général. Il complète son premier long métrage, un drame aux multiples lignes narratrices, qui prend place dans les badlands de l’Alberta centrale. Ce film a été produit avec le soutien de Téléfilm Canada ainsi que le Alberta Media Fund. Il est projeté en première mondiale au Festival international du film de Toronto en 2014.

David-Alexandre Chabot

 

David-Alexandre est concepteur d’éclairages et co-directeur artistique du Collectif CHA, créé en 2013 avec Paul Chambers, qui crée et promeut des productions axées sur la collaboration entre les artistes de plusieurs disciplines. Dans son travail, Il explore la dramaturgie et les conventions des arts de la scène. Son travail a été présenté à travers le pays, notamment à Montréal, Québec, Ottawa, Vancouver et Toronto ainsi qu’à l’international entre autre à Paris(FR), Marseille(FR), Reims(FR) et Queretaro(MEX). Il collabore notamment avec Nini Bélanger, avec qui il signe les conceptions d’éclairage pour Endormi(e)sVipérine et Beauté, chaleur et mort. Plus récemment, il crée les lumières avec Michel-Maxime Legault pour Parfois la nuit je ris tout seul (co-mise en scène de Marcel Pomerlo) et Moi & L’Autre, un spectacle écrit par Talia Hallmona et Pascal Brullemans. Au niveau de la danse il tourne avec Fréderic Gravel depuis les cinq dernières années ce qui lui a permis de visiter plus d’une trentaine de villes à travers le monde. Il a aussi créé les éclairages de 4qu’Art pour La Deuxième Porte à Gauche, de Nation-Individual du Collectif Thirst/Clarity, ainsi que pour Threshold et Inhabitation de Tomomi Morimoto. Il collabore avec Audrey Bergeron Ariane Boulet et plus récemment Mark Lawes pour la conception d’éclairage de La Trilogie Supernova.

PRESSE

“Une médiation entre la danse, la musique, et un langage du corps et du mouvement qui transcende les limites du langage verbal. ”Brad Simm, Beatroute Magazine

 

“La juxtaposition de l’espace suburbain et de la solitude… est à la fois saisissante et émouvante.”Stephen Hunt, Calgary Herald

 

“Une brillante exploration multimédia des interstices, du point de vue spatio-temporel qui explore les thèmes du monde occidental dans lequel nous vivons aujourd’hui.”Prof. Maria Euchner, PhD, University of Calgary

 

“Une combinaison vibrante, surréaliste et parfois drôle de slam, de danse et d’un travail vidéo remarquable, qui est enlevé par une brillante composition musicale originale.”Stephen Hunt, Calgary Herald

 

“Haunting, catastrophic, addicting — this performance covers all bases.” – Lifestyle Magazine

 

“I very much hope that this group of artists can continue their difficult while not commercial way of theatrical work in the future. I strongly believe that Theatre Junction will soon gain international reputation.”Almut Wagner

 

Sometime Between – Dossier de presse
Everyone Knows This Is Nowhere – Dossier de presse

INFORMATIONS

La compagnie Theatre Junction a récemment obtenu la subvention Nouveau Chapitre du Conseil des Arts du Canada pour l’élaboration de trilogie Supernova. Ce projet fait partie des 200 projets exceptionnels selectionnés afin de célebrer de 150ème anniversaire de la Confédération.

 

Pour le développement de ce projet, la compagnie Theatre Junction a été accueillie dans plusieurs villes en résidence à Cantieri Teatrali Koreja, Lecce, Usine C à Montréal, Carré Colonnes à Bordeaux et Théâtre 140 à Bruxelles. Une tournée internationale est prévue dans les lieux pré-cités en 2018-19.

 

Le projet de Trilogie Supernova bénéficie d’une co-production avec l’Usine C, le Carré-Colonnes, et le Théâtre 140.

 

Tournée:

 

Depuis 3 ans, la compagnie a développé des liens de partenariat avec le Théâtre Aux Écurie, qui a accueilli Every Body Knows This is Nowhere en Résidence en septembre 2014, et invite cette toute dernière création dans sa programmation dans sa version française en novembre 2015.

 

Du 3 au 7 Novembre 2015

Everyone Knows This Is Nowhere
Théâtre Aux Écuries, Montréal
7285, rue Chabot
 Montréal (Québec)

Pour plus d’informations

 

Invitations:

 

Du 1er au 11 Octobre, Mark Lawes est invité à Paris par le Consulat Général de France à Vancouver à assister au «Focus Arts de la Scène » organisé par l’Institut Français.

 

TJLABS:

 

Tout au long de la saison 2014-15, la compagnie assumera les proportions d’une « Factory » en présentant au public régulièrement des laboratoires ouverts, les TJLABS, où le public aura l’opportunité de suivre leur travail de création en live. Ces laboratoires ouverts seront animés par une série de «Special Guests , artistes de différentes disciplines invités à participer au travail expérimental et aux improvisations de la compagnie. Malcolm Mooney, chanteur, poète, artiste visuel, mieux connu pour son appartenance au groupe allemand de krautrock « CAN », sera le M-C de la premiere série des TJLABS.

GALERIE

timedissapeared
DSC02691

CONTRIBUER

DONATIONS

 

Le travail artistique de Theatre Junction est rendu possible grâce au soutien des donations individuelles et collectives, qui sont infuses directement dans les forces artistiques de la compagnie et permettent de payer ses artistes, ainsi que le dévelopement de créations de formes libres et originales.

 

La compagnie Theatre Junction est reconnue en tant qu’association à but non lucrative et répertoriée par l’Agence du Revenu du Canada. (une partie des donations est deductible de l’impot canadien)

 

Pour aider la compagnie Theatre Junction et participer à l’épanouissement de son développement artistique en donnant en ligne, cliquez ici :

 

Vous pouvez aussi envoyer un chèque à la Compagnie Théatre Junction à:

Theatre Junction GRAND

608 1st Street SW

Calgary, AB, T2P-1M6

(403) 205-2922

CONTACT

Sign up for our newsletter

Contact Us

PRESENTATION ENQUIRIES CONTACT

MARK LAWES

ARTISTIC DIRECTOR THEATRE JUNCTION

Phone: 403.205.2922 ext. 203

Email: mark@theatrejunction.com

 

TECHNICAL ENQUIRIES CONTACT

Email: td@theatrejunction.com

 

PUBLIC RELATIONS ENQUIRIES CONTACT

ALDONA

Email: aldonabpr@gmail.com